Vers plus d’évolutivité dans les logements

Blog   •   Chronique

yvivre-blog-loi-elan

Le marché́ de la promotion immobilière et de la construction devrait être impacté par les décisions prises en 2018 dans le cadre de la loi Élan. Parmi les règlementations, plusieurs décrets viennent assouplir les normes de constructions et permettre une meilleure prise en compte du besoin d’évolutivité́ des logements. Il s’agit en effet d’un enjeu majeur : avec l’augmentation du travail à domicile, la décomposition et recomposition des familles, la hausse de la mobilité́ des français… les nouveaux logements doivent être capables d’évoluer et de s’adapter à nos besoins.

Or, avec la sur-normalisation actuelle des logements neufs, les acheteurs se retrouvent face à une offre standardisée, parfois en décalage avec leurs attentes.

En permettant plus de souplesse, la loi Elan donne également plus de liberté aux opérateurs de la construction pour créer plus de logements.

Ce qu’il faut retenir de ces décrets, concernant l’évolutivité des logements :

  • Aucune nouvelle norme de construction ne s’ajoutera sous le gouvernement Macron, l’augmentation de la standardisation des logements est donc stoppée.
  • Seuls 20 % des logements construits doivent être adaptés aux normes de handicap (contre la totalité́ auparavant), libérant de l’espace de vie. Cependant les appartements doivent tous être évolutifs et transformables au cas où̀ ils seraient habités par des personnes handicapées. Cette décision prend ainsi mieux en compte la spécificité́ des besoins de chacun, tout en garantissant l’accès au logement à tous.
  • La facilitation de la transformation de bureaux vides en logement souligne également la volonté́ de faire évoluer les espaces en fonction des besoins. Des espaces pouvant devenir lieu de travail, lieu d’habitation, pour suivre les habitudes de vie.

Ces décisions indiquent la tendance d’un marché́ qui s’oriente vers plus d’évolutivité́ et de nouvelles fonctionnalités. Le développement des espaces partagés dans l’habitat vient renforcer ce sentiment que le logement collectif de demain ne résumera pas à un simple appartement privé, mais pourra être tour à tour local professionnel, lieu culturel et de pratique de loisir, espace d’échange, de partage, et d’activité.

Lire d’autres articles

Pour rester informé, suivez l’actualité sur nos réseaux sociaux !